Cet ouvrage a été conçu avec la volonté de partager l'enchantement ressenti pour l'œuvre d'un homme. Non pas que les lecteurs auraient à apprécier l'ensemble d'une seule et même expression artistique, mais ils seraient, grâce à ce livre, capables d'embrasser un immense territoire créatif constitué de champs d'application différents. Ces petits bouts de champs ont jalonné toute une vie et constituent la cohérence d'Aimé Kakon. Cet architecte issu de l'Ecole Spéciale d'Architecture de Paris change de matériau et d'expression artistique en gardant le même ton. Sans répit, cet homme délicat raconte. La matière qu'il rencontre l'aide, l'interpelle, lui suggère chaque fois une vision très particulière du monde. Il invoque les mythes qu'il connaît mais aussi ceux qu'il soupçonne, nourri par l'imaginaire d'un enfant de médina, celle d'Essaouira.

Il malaxe la pâte d'argile ou fait couler le métal. Il sculpte le bois ou le cuivre, dessine sur sa planche d'architecte ou à main levée. Armé de son stylet, sa gouge ou son crayon, il jongle avec son histoire propre, celle de ses ancêtres et celle de l'humanité, passant par son fantasme exprimé d'une période à une autre, sans transition. Son amour de la matière est le même que celui de la musique. Tendu, il caresse la jarre qu'il vient d'achever en ébauchant un sourire.

Eclectique ? Non, car Aimé Kakon creuse le même sillon histoire depuis des années, des siècles peut-être. Les objets produits avec l'acharnement inépuisable de l'artiste paraissent eux-mêmes des antiquités, tout droit sorties d'un musée archéologique.

Son travail est intemporel, les matériaux utilisés aussi, son graphisme de même. C'est peut-être pou cela que lorsque vous rencontrez l'homme, vous avez l'impression de l'avoir toujours connu. Il brouille l'histoire, d'autant que l'époque où il a reçu l'enseignement de l'architecture n'autorisait aucun référentiel historique dans les travaux d'étudiant en cette discipline. En travaillant ainsi, il se révolte contre l'académisme et fait son chemin, solitaire.

2ème de couverture du livre édité par Archimédia éditions